No products in the cart.

CAPLAND

  /  HÉRITAGE   /  Les castors, poser une pierre à l’édifice

Les castors, poser une pierre à l’édifice

Capable d’ériger un mur la semaine et de détruire une ligne défensive le week-end, c’est le paradoxe des Castors de Paris. Ces étudiants de l’école spéciale des travaux publics ont apporté leur pierre à l’édifice du football américain en France. C’est ce qu’on appelle avoir une tête et des jambes.

Engagement, solidarité, transmission et performance. Ces valeurs de l’école située entre Paris et Cachan sont parfaitement transposables à leur équipe de football américain. De leur spécificité sont nés le surnom ainsi que l’emblème du club : les Castors. C’est en 1982 que sont posées les bases de cette institution. Yves Chardard et Nicolas Robert veulent plaire et sortir du lot pour le gala des grandes écoles. Comme à l’école du cirque, chacun expérimente et se découvre du talent et impressionne la galerie, sans savoir jusqu’où cela pourrait les mener…

Bâtir des fondations solides


Six mois après avoir débuté l’aventure, les Castors veulent se structurer. C’est auprès des autres associations sportives de l’école que se fait le recrutement. Rugby, handball, football, les meilleurs athlètes de l’école rejoignent l’équipe de football américain. Les résultats sont immédiats puisque les Castors accèdent à la première division en un rien de temps. Et ce n’est que le début puisque le club s’impose dans l’élite avec trois demi-finales consécutives. La consécration arrive en 1987. l’équipe remporte le titre de champion de France. Le premier d’une série qui se poursuit en 1988 et 1989. Cette domination sans partage permet aux cadres de l’effectif d’accéder à l’équipe de France pour participer aux premières éditions du championnat d’Europe des nations. Le club continuera à briller avec un dernier titre, en 1993, avant de fusionner avec les Sphinx du Plessis-Robinson. Et comme un édifice solide ne s’écroule jamais vraiment, les Castors de Paris ressortiront de terre en 2009 pour conserver les vestiges de leurs prédécesseurs.

You don't have permission to register
X